LE POINT ÉDU #2 | L’ART POUR DÉVELOPPER LA MOTRICITÉ ET L’ESPRIT CRÉATIF

Retour sur l’atelier mené par nos éducateurs.rices Julien et Stephanie à L’École Laurentides à Ville Saint-Laurent, avec des enfants de 6 ans atteint de TSA*.

On le sait : l’art est thérapeutique, mais il est également un vecteur de développement, surtout en ce qui concerne certaines maladies neurologiques.

Les ateliers menés par nos éducateurs.rices sont pensés pour les aider, dès que possible, à améliorer leur motricité, les habituer à comprendre les règles et les consignes données, puis à développer leur créativité afin d’exprimer autrement leurs émotions.

Le but de ce premier atelier est également une manière ludique pour nos éducateurs.rices de connaitre les capacités des élèves afin de composer une future murale, de les habituer à utiliser les outils, et à les amener progressivement à la création de l’oeuvre.

Stéphanie Harel, éducatrice chez MU, nous raconte.

*Troubles du Spectre Autistique


PREMIER EXERCICE : MOTRICITÉ FINE ET GESTION DE LA PEINTURE

L’objectif de ce premier exercice était de remplir l’assiette et le napperon avec de la « nourriture ». La nourriture étant quelque chose qu’ils connaissent, ça ne leur fait pas peur, ça sollicite leur mémoire et surtout c’est amusant ! Clin d’oeil au petit Bruno pour qui cet exercice a été une grande source de joie, puisque nos éducateurs.rices ont eu le droit à un gros fou rire de sa part d’au moins 15 minutes !

Cet exercice permettait de mieux comprendre à quel niveau ces enfants maitrisent la motricité fine et la gestion de peinture.


DEUXIÈME EXERCICE : LA COMPRÉHENSION

Deuxièmement, les enfants ont réalisé l’exercice du champs de fleurs : suivre des consignes telles que faire un petit point, un grand point, un énorme cercle…

En bref, ça leur permet de gérer la peinture sur une plus grande surface et aux éducateurs.rices de savoir si leurs consignes fonctionnent.


TROISIÈME EXERCICE : IMAGINATION ET LÂCHER-PRISE

Finalement, les enfants devaient choisir ce qui allait se trouver sur la maquette de la murale : Stéphanie et Julien ont donc dessiné des animaux qu’ils ont découpé, puis disposé sur une table. Sur une autre table se trouvaient des pictogrammes d’action. Les enfants devaient choisir un animal et l’action que l’animal allait faire dans la murale.

Résultats : les profs ont eu d’agréables surprises ! Notre petit Bruno a commencé à volontairement faire le clown pour continuer de faire rire tout le monde, il a également choisi une action « anormale » pour son animal. Apparemment c’était une victoire !

Bravo aux éducateurs.rices de MU, accompagnés des professeur.es, qui instaurent une ambiance de rires et de bienveillance, et qui font vivre à ces enfants une belle expérience de vie. ✨

En savoir plus sur les programmes jeunesse de MU


Vous avez des questions sur les ateliers et expériences éducatives de MU ?
Contactez-nous à info@mumtl.org !